Press

  • 19-09-2019

    Convaincue par les produits biotechnologiques de Doceo, la Ville de Seraing prolonge sa collaboration

    Technicien(ne) de surface, un métier souvent dévalorisé. Une vision cependant désuète d’une activité qui s’adapte aux évolutions technologiques et écologiques enregistrées par le secteur. Soucieuse d’utiliser du matériel toujours plus adapté tout en continuant à accorder une attention toute particulière à la sécurité de son personnel, la Ville de Seraing, par le biais de son service d’entretien, a décidé, en 2011 déjà, de se tourner vers des produits écologiques qui n’ont finalement jamais répondu aux attentes.
    «En changeant de méthode, nous voulions impérativement privilégier le bien-être de nos agents. Or, les produits utilisés restaient tout de même assez nocifs pour eux. Le personnel se plaignait toujours de réactions et d’allergies cutanées ainsi que d’attaques sur les voies respiratoires. Il était plus que nécessaire de trouver une solution », indique Laura Crapanzano, l’Echevine sérésienne de l’Environnement. « De plus, les produits écologiques n’étaient pas des plus efficaces en terme d’entretien. Ils laissaient les surfaces grasses, les revêtements de sol étaient abîmés tandis que les sanitaires étaient encrassés. Sans oublier la présence de tartre ! Le rapport qualité-prix n’était pas non plus très avantageux. La Ville a constaté que les coûts étaient plus conséquents que ceux relatifs à l’emploi de produits pétrochimiques d’autant que leur utilisation, et plus particulièrement leur dosage, n’était pas optimal. »

  • 19-09-2019

    Des produits d’entretien «novateurs» utilisés à Seraing

    Soucieuse d’utiliser du matériel toujours plus adapté tout en accordant une attention particulière à la sécurité de ses agents et à l’environnement, la Ville de Seraing a décidé de se tourner vers des produits novateurs pour l’entretien de ses 110 bâtiments communaux. Un choix judicieux qui lui a permis de réaliser une économie de 38% sur ce poste. Autre avantage: pas besoin de mettre des gants pour les utiliser.

  • 07-09-2019

    Doceo pour un nettoyage «plus propre»

    Des bactéries pour un nettoyage plus propre et efficace

    Des bactéries pour un nettoyage plus propre et efficace: c’est le pari gagnant de la société fernelmontoise Doceo. Qui investit.
    Les bactéries sont nos amies. Ce n’est pas un ancien tube des Inconnus remis au goût du jour mais une manière, un peu simpliste, de résumer la nouvelle approche des responsables de la société Doceo, spécialisée dans le commerce des produits d’entretien. «La biotechnologie a vraiment changé la donne dans le secteur», débute Christian Peters, actif dans ce domaine depuis une vingtaine d’années. «Ces produits incluent de bonnes bactéries qui les rendent non seulement plus efficaces mais aussi plus saines pour le personnel qui les utilise.»

  • 28-08-2019

    Fernelmont : un nouveau bâtiment pour le leader des produits biotech

    Pour continuer son expansion, Doceo va notamment tripler sa capacité de stockage

    Doceo est le leader wallon des produits d’entretien biotechnologiques. Créée en 2013 par Daniel D’Angelo et Christian Peters, l’entreprise poursuit une croissance régulière. Son chiffre d’affaires pour cette année devrait atteindre 1,7 million d’euros, en augmentation de 20 % par rapport à 2018. « Notre objectif est clairement de vulgariser le bio afin qu’il soit utile pour l’homme et l’environnement. C’est une philosophie globale qui doit guider les futures générations et faire réfléchir nos dirigeants actuels », lance Daniel D’Angelo. Apparemment, le message passe bien et l’entreprise, un peu à l’étroit dans ses murs a entamé les démarches pour la construction d’un nouveau bâtiment. Après un bref passage par Naninne, la société avait investi 1,5 million d’euros pour construire à Fernelmont un bâtiment qui regroupait ses différents services et qu’elle partage avec sa société sœur ASP Groupe. « Une extension était prévue dès le départ mais notre croissance s’est accélérée ces derniers mois et nous avons besoin d’espaces supplémentaires », explique l’administrateur-délégué.